*Serial Dreamer*

*Est ce cela Marine que l'on appelle magnifiquement se perdre?* Florian Zeller...

*Irrationalité*
Dans sa tête, tout se bouscule, elle y pense, se questionne, s’interroge sur ce qu’il se passe… Elle essaie, tant bien que mal, elle n’a jamais été très douée pour ça… 
Dans sa tête, tout se bouscule, rien que d’y penser, elle rougit, sourire aux lèvres, elle se demande, tâtonne, trébuche…
La maladresse des sentiments… quelle connerie !!!

 
* I’ll See You On The Other Side Of The Planet…*

Someday i wake up with that urge to go right back to sleep. Just like that it hits me and the day is just a long long long series of minutes.
I have one of those today… actually it’s been quite a while since i woke up with enough energy and motivation to go to work with that smile on my face.
Well, not so long ago, last week started like that. But work had nothing to do with that. it was actually the thought of going away that made me smile. 
Thailand. Just an idea brought to me by a friend. “Why not coming with us to Thailand?” indeed… why not ?
I have no responsibility, i work as a freelancer, no strings attached, no kids, no prior engagement. Just enough freedom to say yes. 
Can you picture me for a sec ? in Thailand with a bunch of great friends. Those i can count on for more than ten years now ?
I never traveled before i was old enough to have my own paycheck. and i don’t know now what would keep me functional if i didn’t have those moments to look forward to. 
And there, i have this other big project. This one is THE big one for me. Leaving my cocoon for 3 months and try to find myself by living in this city i felt in love with years ago. I have this need to do this, to just leave and start something there. I’m just missing the courage to do it on my own. As a shy person, it’s tuff to say “bye bye” to everything and everyone and adventure myself in a country i barely know, in a language that’s not mine and having to meet people. Don’t laugh, i’m a bear. i love staying home with people i know. i’m not good at meeting new faces. I’m not good at trusting myself to be able to do this without being scared to death. 
Live to the fullest they say. It’s something i gotta try. ‘Coz it’s not next year, or in ten years that i’ll be able to do this. Start Live Now. is something i should get tattooed all over me, just to remember that no one is gonna help me do all the things i dream about. i have to take care of my dreams on my own. 
As William Henley once wrote ” I am the master of my Fate. I am the Captain of my Soul” i should stop hiding behind those words and act upon it. being scared of doing things proves that i am alive, that i try, that i live. And what’s three months in a lifetime ? that could bring me just what i wish for… leaving this country i live in, discovering a new one, pushing myself to my own limits and meet people that could teach me so much more that i could ever hope for.
 
Live to the fullest… i’m gonna try it now… 
sorry about this rambling speech… it was much needed to put this into words… 
I’ll see you in the other side of the planet !
M.

* I’ll See You On The Other Side Of The Planet…*

Someday i wake up with that urge to go right back to sleep. Just like that it hits me and the day is just a long long long series of minutes.

I have one of those today… actually it’s been quite a while since i woke up with enough energy and motivation to go to work with that smile on my face.

Well, not so long ago, last week started like that. But work had nothing to do with that. it was actually the thought of going away that made me smile. 

Thailand. Just an idea brought to me by a friend. “Why not coming with us to Thailand?” indeed… why not ?

I have no responsibility, i work as a freelancer, no strings attached, no kids, no prior engagement. Just enough freedom to say yes. 

Can you picture me for a sec ? in Thailand with a bunch of great friends. Those i can count on for more than ten years now ?

I never traveled before i was old enough to have my own paycheck. and i don’t know now what would keep me functional if i didn’t have those moments to look forward to. 

And there, i have this other big project. This one is THE big one for me. Leaving my cocoon for 3 months and try to find myself by living in this city i felt in love with years ago. I have this need to do this, to just leave and start something there. I’m just missing the courage to do it on my own. As a shy person, it’s tuff to say “bye bye” to everything and everyone and adventure myself in a country i barely know, in a language that’s not mine and having to meet people. Don’t laugh, i’m a bear. i love staying home with people i know. i’m not good at meeting new faces. I’m not good at trusting myself to be able to do this without being scared to death. 

Live to the fullest they say. It’s something i gotta try. ‘Coz it’s not next year, or in ten years that i’ll be able to do this. Start Live Now. is something i should get tattooed all over me, just to remember that no one is gonna help me do all the things i dream about. i have to take care of my dreams on my own. 

As William Henley once wrote ” I am the master of my Fate. I am the Captain of my Soul” i should stop hiding behind those words and act upon it. being scared of doing things proves that i am alive, that i try, that i live. And what’s three months in a lifetime ? that could bring me just what i wish for… leaving this country i live in, discovering a new one, pushing myself to my own limits and meet people that could teach me so much more that i could ever hope for.

 

Live to the fullest… i’m gonna try it now… 

sorry about this rambling speech… it was much needed to put this into words… 

I’ll see you in the other side of the planet !

M.

* Feeling the need to embrace my dreams and just leave everything behind… what’s holding me back anyway ? … i should stop thinking and act upon it !!! … wouldn’t it be crazy? But… Is the purpose of life not to do crazy and scary things ? /// Stop Thinking… Start Acting… I should… I will… I am !!!! *

© Myself, 2009, flying over the US 

Le Mystère Féminin

Kery James & Imany

 

* Derrière chaque homme y a une femme
Tout comme derrière chaque “je t’aime” devrait y avoir une flamme
Nos villes sont pleines de reines sans roi
A qui on fait subir des peines sans droit
On ne sait vivre avec, mais peux-tu vivre sans Elle ?
Sombre comme une rose sans couleur ou un oiseau sans ailes
On y comprend rien, même en changeant d’angle de vu
Le Mystère féminin serait-il notre mystère le plus connu ?
Il est facile de séduire et de rendre une femme amoureuse
Mais comment se conduire quand tu veux rendre une femme heureuse ?
Des mots sans pensée, et des rancunes innavouées
La Femme a ses raisons du coeur qu’on ne saisit jamais


You will never know
I will never show
What I feel
What I need from you, no !
You will never know
I will never show
What I feel
What I need from you


On leur donne si peu mais on attend tout d’elles
Alors notre vie à deux aboutit souvent à un duel
On rêve de ne faire qu’un, mais la question c’est “Lequel ?”
Depuis quand l’égoïsme peut se conjuger au pluriel ?
La Femme est surprenante, même son silence est un cri
En plus de l’écouter on devrait deviner ses non-dits
Doucement nous séparer comme les sentiments et l’esprit
Et au fond nous somme liés, j’dirai comme le Jour et la Nuit
Nous sommes condamnés à accepter les compromis
Même si c’est se contenter de la moitié de se qu’on s’est promis
Loin de l’insouscience et de l’ignorance des premiers jours
Sur les routes de la différence on peut encore croiser l’amour


You will never know
I will never show
What I feel
What I need from you, no !
You will never know
I will never show
What I feel
What I need from you*





*La route est longue et le chemin sinueux. Si on pouvait seulement m’indiquer par ou commencer, ou aller, ou frapper, ou entrer… Juste un signe, un indice…Mes ambitions ne sont pas irréalisables mais me semblent hors de portée…je rêve pourtant pas grand !*

*Aujourd’hui, j’ai six ans…*

A peine sortie du métro, impossible de rater cette immense grue, installée sur l’esplanade du Trocadéro. Il ne m’en faut pas plus pour commencer à sourire.

Le soleil est au zénith, les vacances à portée de main et face à moi s’étend le tournage d’Homosapiennes. 

Installée sur le côté, c’est la voix d’Audrey Dana qui me parvient en premier. Ses idées fusent sur le placement de caméras. J’écoute, déjà bercée par l’ambiance du plateau. 

Les danseuses se mettent en place, je regarde, emportée par la musique d’Imany, qui m’entraine aussi dans la frénésie de la danse. Couper.

Je change de place, je fais le tour du plateau, j’observe chaque technicien s’afférer avec professionnalisme. Une vraie fourmilière, chacun son poste, chacun sa place et pourtant une ambiance détendue et souriante qui se propage au delà du plateau.

Quand je tourne la tête, je me retrouve à un mètre de Géraldine Nakache… J’ai beau avoir 24 ans (enfin pas tout à fait alors on peut m’excuser… non ?) j’ai l’impression d’avoir six ans. Complètement intimidée – une de mes réalisatrices et actrices préférées est face à moi tout de même- Je souris comme une enfant, j’ai les yeux qui pétillent. La folie des réseaux sociaux m’emportent et je poste sur twitter que la sublime Géraldine N. est face à moi… je me rends compte que je tremble quand je relis avant de poster et qu’aucune lettre n’est la bonne ! Ca me fait sourire encore plus… je vous l’ai dit… aujourd’hui  j’ai six ans.

J’observe toujours, mais elle reste face à moi, alors mon regard revient automatiquement au même endroit. Il faut dire qu’elle est belle dans sa robe verte – même les baskets ne gâchent pas sa classe – Une douceur incroyable émane d’elle, de son regard. Elle a juste une prestance dingue et une beauté incroyable.

Je tiens plus en place, je refais le tour du plateau, je regarde chaque détail, chaque fourmis se mettre en place, je me retrouve de l’autre coté, ne sachant plus ou regarder, tellement intéressée par tout ce qui se passe.

Finalement, un rire me parvient à moins d’un mètre de moi. Ce rire là,  je pourrais le reconnaître entre mille. Impossible de me tromper, je sais qu’Alice Belaïdi est juste à coté de moi. Ma plus grande découverte artistique de l’année est  juste là. Et ce sourire, absolument magique… Elle aussi, elle a les yeux qui brillent quand elle rit, elle est partout, parle beaucoup et rit encore plus.  Ca la rend encore plus belle, cette vitalité, cet entrain qu’elle dégage !

Aujourd’hui, je voulais uniquement voir Géraldine Nakache et Alice Belaïdi, voilà chose faite ! Mais la journée ne faisait que commencer.

Se succède une ribambelle de talents, des actrices plus sublimes les unes que les autres. Et Géraldine et Alice qui passent la journée sur le plateau… Je ne suis pas sûre que j’aurais pu espérer mieux !

Aujourd’hui, j’ai six ans et les yeux qui brillent quand je regarde chaque détail, chaque placement, chaque mouvement se mettre en place. Je ne sais plus ou regarder, tout est beau, tout m’intéresse, tout m’attire…

Et peu importe ou mes yeux se posent, je garde ce sourire immense car j’ai vu des gens que j’admire en train de travailler, de répéter, de jouer… Je n’en demande pas plus pour aujourd’hui… Un rêve à la fois !

Je pourrais raconter chaque détail, chaque sensation, chaque seconde de cette journée, chacune de mes pensées… mais je n’aurais pas assez de places sur la toile entière et je ne connais aucun mot assez puissant pour décrire exactement ce qui se passe dans ma tête !

Des fois, il y a des journées comme celle ci, complètement hors du temps !

Aujourd’hui, j’ai six ans, les yeux qui brillent, le sourire aux lèvres, des souvenirs plein la tête…

La journée fut belle… et c’est peu dire !

Merci

M.

*La véritable histoire d’un faux condamné*
J’ai découvert ce blog par hasard, un post égaré sur le facebook d’une amie. Le titre m’a interpellée. Je fonctionne comme ça, le titre détermine si oui ou non je regarderais la suite. Je ne m’attendais pas tellement à y lire ce que j’y ai lu. Je m’attendais plus à un concentré de citations de Victor Hugo. Même si je ne me suis pas trompée sur la référence, le contenu…c’était autre chose. 
J’ai suivi pendant un mois l’avancée de ce personnage. Sans savoir si j’y croyais ou non, j’avais décidé que L existait. Besoin éphémère pour me remettre de mon propre deuil. J’imaginais ses articles comme un dialogue avec mes propres pensées, ils tombaient à pic et l’aide que j’en ai retiré fut immense. Allez savoir pourquoi, l’histoire de ce L fut plus efficace que n’importe quelle conversation entre amis ou en famille.
Quand il est “parti” j’en ai souri, des frissons partout, mais le sourire aux lèvres. Ce mois passé à lire ce condamné m’a (ré)apprit beaucoup de choses.
Quand je reçois cet après midi un mail de l’auteur, racontant son parcours, son idée, que L n’était qu’un personnage, ça m’a fait sourire d’avantage. Peu importe après tout que cette histoire soit vraie ou non, vous ne croyez pas? le principal c’est qu’elle soit efficace, émouvante, utile, réfléchie, bien écrite. Le principal c’est qu’elle ait pu aider quelques lecteurs à ne pas attendre qu’il soit trop tard pour vivre. Le principal, c’est que chacune des réflexions ne soit pas restée une réflexion unique mais qu’elle ait réveillé les esprits.
Alors supercherie peut être… et alors?
Moi je dis, merci, merci pour le partage, pour la mise à nue, pour l’expérience, pour l’écriture, pour la révélation, pour le “mensonge”.
 
Car pour moi, cette supercherie là me fut utile.
 
Merci 
M.
*Un Condamné*

*La véritable histoire d’un faux condamné*

J’ai découvert ce blog par hasard, un post égaré sur le facebook d’une amie. Le titre m’a interpellée. Je fonctionne comme ça, le titre détermine si oui ou non je regarderais la suite. Je ne m’attendais pas tellement à y lire ce que j’y ai lu. Je m’attendais plus à un concentré de citations de Victor Hugo. Même si je ne me suis pas trompée sur la référence, le contenu…c’était autre chose. 

J’ai suivi pendant un mois l’avancée de ce personnage. Sans savoir si j’y croyais ou non, j’avais décidé que L existait. Besoin éphémère pour me remettre de mon propre deuil. J’imaginais ses articles comme un dialogue avec mes propres pensées, ils tombaient à pic et l’aide que j’en ai retiré fut immense. Allez savoir pourquoi, l’histoire de ce L fut plus efficace que n’importe quelle conversation entre amis ou en famille.

Quand il est “parti” j’en ai souri, des frissons partout, mais le sourire aux lèvres. Ce mois passé à lire ce condamné m’a (ré)apprit beaucoup de choses.

Quand je reçois cet après midi un mail de l’auteur, racontant son parcours, son idée, que L n’était qu’un personnage, ça m’a fait sourire d’avantage. Peu importe après tout que cette histoire soit vraie ou non, vous ne croyez pas? le principal c’est qu’elle soit efficace, émouvante, utile, réfléchie, bien écrite. Le principal c’est qu’elle ait pu aider quelques lecteurs à ne pas attendre qu’il soit trop tard pour vivre. Le principal, c’est que chacune des réflexions ne soit pas restée une réflexion unique mais qu’elle ait réveillé les esprits.

Alors supercherie peut être… et alors?

Moi je dis, merci, merci pour le partage, pour la mise à nue, pour l’expérience, pour l’écriture, pour la révélation, pour le “mensonge”.

 

Car pour moi, cette supercherie là me fut utile.

 

Merci 

M.

*Un Condamné*

***Confidences & Tribulations***

Aujourd’hui, on a une chouette génération d’actrices en France. Marion Cotillard, Geraldine Nakache, Leila Bekhti, Lea Seydoux, Alice Taglioni, Mélanie Laurent…Enfin des nanas bien chouettes, qui font des films bien cool et qui ont un talent bien ouf.
Et au milieu, je découvre, tardivement ou pas, Alice Belaïdi.
Encore jamais vu dans un premier rôle au cinéma, mais des petits rôles qui marquent, qui m’ont touchés ( Les tribulations d’un caissière par exemple.) Pour moi, cette nana, c’est un diamant brut. Une claque magistrale. Un regard qui parle. Un caractère de feu. Et un rire… un rire complètement fou et hypra communicatif.
Et un humour décapant aussi… Les Sophie et Sophie, je ne m’en lasse pas, c’est drôle et on y voit enfin des vraies nanas, parler comme on parle vraiment et c’est ce qui fait rire. Et elle le fait tellement bien, qu’on s’attend à les croiser à l’accueil de notre bureau.
(Et là, j’ai les boules de ne pas avoir canal+, workingirls me manque)
Enfin bref, je disais donc, pas encore de premier rôle au cinéma. Certes, mais un rôle au théâtre. Et pas n’importe lequel. Porter, toute seule “Confidences à Allah”, ça ne devait pas être simple…
Mais bordel, qu’est ce qu’elle le fait bien !!!
Elle est drôle, émouvante, bluffante, brute, franche, elle y est belle, tellement belle. Son talent est fou, magistral, violent, grandiose.
Tout ça pour dire, en vrac, que je suis prête à tout parier sur elle… et si un jour, elle passait à la réalisation… ce serait un rêve de bosser avec elle…
Parce que des talents à l’état pur, des nanas brutes de décoffrage, ça ne court pas les rues.
Et d’ailleurs… un rire comme ça, ça ne court pas les rues non plus !
Sur ce, si vous attendez de nouveaux visages, de nouveaux talents, Alice Belaïdi est celle que vous recherchez !
M.

***Confidences & Tribulations***

Aujourd’hui, on a une chouette génération d’actrices en France. Marion Cotillard, Geraldine Nakache, Leila Bekhti, Lea Seydoux, Alice Taglioni, Mélanie Laurent…Enfin des nanas bien chouettes, qui font des films bien cool et qui ont un talent bien ouf.

Et au milieu, je découvre, tardivement ou pas, Alice Belaïdi.

Encore jamais vu dans un premier rôle au cinéma, mais des petits rôles qui marquent, qui m’ont touchés ( Les tribulations d’un caissière par exemple.) Pour moi, cette nana, c’est un diamant brut. Une claque magistrale. Un regard qui parle. Un caractère de feu. Et un rire… un rire complètement fou et hypra communicatif.

Et un humour décapant aussi… Les Sophie et Sophie, je ne m’en lasse pas, c’est drôle et on y voit enfin des vraies nanas, parler comme on parle vraiment et c’est ce qui fait rire. Et elle le fait tellement bien, qu’on s’attend à les croiser à l’accueil de notre bureau.

(Et là, j’ai les boules de ne pas avoir canal+, workingirls me manque)

Enfin bref, je disais donc, pas encore de premier rôle au cinéma. Certes, mais un rôle au théâtre. Et pas n’importe lequel. Porter, toute seule “Confidences à Allah”, ça ne devait pas être simple…

Mais bordel, qu’est ce qu’elle le fait bien !!!

Elle est drôle, émouvante, bluffante, brute, franche, elle y est belle, tellement belle. Son talent est fou, magistral, violent, grandiose.

Tout ça pour dire, en vrac, que je suis prête à tout parier sur elle… et si un jour, elle passait à la réalisation… ce serait un rêve de bosser avec elle…

Parce que des talents à l’état pur, des nanas brutes de décoffrage, ça ne court pas les rues.

Et d’ailleurs… un rire comme ça, ça ne court pas les rues non plus !

Sur ce, si vous attendez de nouveaux visages, de nouveaux talents, Alice Belaïdi est celle que vous recherchez !

M.

Blog d'un condamné: J+1

Je poste ce blog qui mêle sagesse, expériences et réflexions… Ainsi va la vie, le condamné n’est plus, son dernier article date du jour et fait vibrer…car il est déjà parti…

Mon Pipo,
Je te dirais jamais assez combien tu as compté.
Je te le dirais jamais assez, car tu es parti trop tôt, trop vite.
J’ai perdu trop d’années, à vivre à côté sans te rendre visite.
Mais j’ai pensé à toi. Tout le temps.
J’ai pensé à toi quand j’avais besoin de sourire,
J’ai pensé à toi quand il fallait que je me raccroche à un souvenir qui vale le coup.
Ce n’est pas parce que je ne t’ai pas appelé que je n’ai pas pensé à toi.
L’autre fois, j’ai songé à ton anniversaire, mais j’ai oublié de te le souhaiter…
On se dit l’année prochaine, je le ferai à temps…
Sauf que cette fois, l’année prochaine, ton numéro sera aux abonnés absents…
Moi qui pensais, que tu allais enfin revenir dans nos vies…
J’étais loin de me douter que ça finirait comme ça.
Finit les barbecues dans le jardin entre Canal et Marne …
Finit les pétanques sur fond de guitare…
Finit les éclats de rire dans la maison magique.
Je te dirais jamais assez combien tu as compté.
Un deuxième papa…
On ne se voyait pas, mais j’ai toujours su que tu étais là.
Et je me souviens…
Je me souviens de tout,
De la maison et son coin de paradis, les Pyramides et le Chelleen…
Les saucisses purées et la cabane.
Je me souviens des rires, des petits déjeuners dans la véranda, des dessins animés avec mon grand-frère…
Je me souviens de tout et ce dont je ne me souviens pas…
Je sais qu’il y avait un sourire à ce moment-là. Que le bonheur était forcément présent.
Si je ne me souviens pas de ce qu’il s’est passé, je sais que c’était un instant heureux…
Et je ne veux me souvenir que de ça.
Quand tu m’as demandé si je me rappelais encore de toi…
Tu n’as pas idée à quel point ton image reste intacte.
Tu n’as pas idée à quel point tu as compté.
Et tu ne le sauras jamais car tu es parti trop tôt, trop vite…
Alors, en souvenir de ces merveilleuses années,
En souvenir de ces rires, de ces chansons, de ces soirées chez Papé et Mamée.
En souvenir de la plus belle période de ma vie, sache que tu me manqueras.
Tu me manques déjà…
Et tu as compté, tellement compté…
Profite de ce voyage pour réaliser combien tu as marqué…
Combien tu es aimé et combien tu vas nous manquer.
Marre toi bien là haut, bois un coup à notre santé, tu n’as plus à t’inquiéter de la tienne…
Glisse nous un arc-en-ciel pour nous dire que tu es bien arrivé.
Glisse nous un sourire, pour qu’on soit rassuré…
Et attends nous pour la prochaine pétanque…
Merci mon Pipo, pour tout et plus encore…
M.

Mon Pipo,

Je te dirais jamais assez combien tu as compté.

Je te le dirais jamais assez, car tu es parti trop tôt, trop vite.

J’ai perdu trop d’années, à vivre à côté sans te rendre visite.

Mais j’ai pensé à toi. Tout le temps.

J’ai pensé à toi quand j’avais besoin de sourire,

J’ai pensé à toi quand il fallait que je me raccroche à un souvenir qui vale le coup.

Ce n’est pas parce que je ne t’ai pas appelé que je n’ai pas pensé à toi.

L’autre fois, j’ai songé à ton anniversaire, mais j’ai oublié de te le souhaiter…

On se dit l’année prochaine, je le ferai à temps…

Sauf que cette fois, l’année prochaine, ton numéro sera aux abonnés absents…

Moi qui pensais, que tu allais enfin revenir dans nos vies…

J’étais loin de me douter que ça finirait comme ça.

Finit les barbecues dans le jardin entre Canal et Marne …

Finit les pétanques sur fond de guitare…

Finit les éclats de rire dans la maison magique.

Je te dirais jamais assez combien tu as compté.

Un deuxième papa…

On ne se voyait pas, mais j’ai toujours su que tu étais là.

Et je me souviens…

Je me souviens de tout,

De la maison et son coin de paradis, les Pyramides et le Chelleen…

Les saucisses purées et la cabane.

Je me souviens des rires, des petits déjeuners dans la véranda, des dessins animés avec mon grand-frère…

Je me souviens de tout et ce dont je ne me souviens pas…

Je sais qu’il y avait un sourire à ce moment-là. Que le bonheur était forcément présent.

Si je ne me souviens pas de ce qu’il s’est passé, je sais que c’était un instant heureux…

Et je ne veux me souvenir que de ça.

Quand tu m’as demandé si je me rappelais encore de toi…

Tu n’as pas idée à quel point ton image reste intacte.

Tu n’as pas idée à quel point tu as compté.

Et tu ne le sauras jamais car tu es parti trop tôt, trop vite…

Alors, en souvenir de ces merveilleuses années,

En souvenir de ces rires, de ces chansons, de ces soirées chez Papé et Mamée.

En souvenir de la plus belle période de ma vie, sache que tu me manqueras.

Tu me manques déjà…

Et tu as compté, tellement compté…

Profite de ce voyage pour réaliser combien tu as marqué…

Combien tu es aimé et combien tu vas nous manquer.

Marre toi bien là haut, bois un coup à notre santé, tu n’as plus à t’inquiéter de la tienne…

Glisse nous un arc-en-ciel pour nous dire que tu es bien arrivé.

Glisse nous un sourire, pour qu’on soit rassuré…

Et attends nous pour la prochaine pétanque…

Merci mon Pipo, pour tout et plus encore…

M.